Combustion

Combustion est un projet pour trois danseur-acrobates mêlant les arts chorégraphique et numérique.

Il existe une règle de construction propre à l’Alchimie. Cette règle porte le nom d’échange équivalent. Elle se base sur le principe que toute création nécessite en contrepartie le sacrifice d’une quantité égale de matière et d’énergie. A une époque, certains pensaient que c’était le seul et unique principe régissant le monde. Ils se trompaient, mais il leur a fallu céder quelque chose pour l’apprendre…
Face à la mort d’un proche, quels modes de survie choisit-on ? Comment ces choix s’expriment-il dans la mutation du corps ?

Si on suit la logique de la loi d’échange équivalent, elle nous conduit à des extrémismes, évoqués par le dicton biblique «Œil pour œil, dent pour dent», et si personne n’admet être l’offensant et que chacun se prétend l’offensé, on en vient à l’engrenage de la vendetta sans fin qui a décimé des villages d’Italie du sud.
Le corps ne tarde pas à subir alors des transformations irrévocables… il s’embrase au début de la pièce et se consume au fur et à mesure de la chorégraphie jusqu’à totalement disparaître. Il consume sa propre énergie, brûle sa vie pour se mouvoir, se rapprochant ainsi à chaque geste de sa propre fin. Le danseur tente de se débattre et, de par son activité, continuer à exister. Non plus en tant qu’être vivant, mais à travers le souvenir de ceux qu’il aura touché, afin d’échapper ainsi à une fin inéluctable. C’est une lutte pour affirmer son existence, une lutte contre l’oubli et contre la mort mais qui mène inexorablement au Néant.

Mais si face à la mort nous choisissons de ne pas répondre par la mort… mais par la renaissance, quelle forme peut naître de cette libération ? Une forme sacrée, créative, voire poétique, issue de la résilience?

combustion-envol2-sCombustion : envol et transformations – ©La Carpette – 2016